Dès l’arrivée du printemps et des températures plus clémentes, on redécouvre nos jambes pour profiter des premiers rayons du soleil et d’un terrain sec. La forêt prend ses couleurs d’apparat en se parant de vert annonciateur des jours meilleurs.

Ce retour printanier doit nous rappeler qu’il est aussi celui des tiques et des moustiques. Pour éviter quelques désagréments, il est important d’être attentif et de respecter quelques règles de bon sens.

TIQUES ET LYME.

La maladie de Lyme se transmet uniquement lorsque la tique vous pique et quand celle-ci est porteuse de la bactérie « Borrelia Burgdorferi ».

Pas de panique, d’après une étude réalisée en 2014 par un réseau de sentinelle nationale, seules 10 à 20 % des tiques seraient porteuses de cette bactérie. Ce chiffre reste stable. Ce qui rend la probabilité relativement faible, mais pas nulle pour autant d’être infecté.

Quand et où : D’avril à octobre, altitude – de 500m, dans les forêts, jardins et jusqu’à la ville.

Elle s’accroche où : Les jambes et bras sont les plus exposés pour les VTTistes. Mais la tique peut se retrouver sur un vêtement et venir s’accrocher un peu partout sur le corps.

Précaution à prendre : Se couvrir les jambes, les bras ou utiliser un répulsif sur les parties exposées et sur les vêtements. S’inspecter les jambes, bras, articulations après chacune des sorties.

Quoi faire : Ne jamais arracher la tique sans utiliser un outil spécifique et un désinfectant.

Conduite à tenir : Si vous venez de retirer une tique avec un tire tique ou une pince à épiler, il est indispensable de désinfecter la plaie. Une inspection est impérative sur une durée pouvant aller jusqu’à 6 semaines.

Symptômes : Si vous observez l’apparition de plaque de rougeur de forme ronde sur le lieu de la piqure, il est indispensable d’aller consulter pour un avis médical.

A SAVOIR : La maladie de Lyme n’est toujours pas diagnostiquée par négligence ou par manque d’information. Si après une infection, vous observez des douleurs articulaires ou des paralysies partielles des membres, il est nécessaire d’aller consulter d’urgence. Si malgré ces alertes, la maladie n’est toujours diagnostiquée, les atteintes peuvent être plus graves puisqu’elles pourront apparaître des mois voire des années plus tard.  Dans un laps de temps allant de quelques mois à des années avec des symptômes suivants : Atteintes du type articulaire, neurologique, cardiaque, cutané ou musculaire.

« Répartition géographique et Nombre de cas diagnostiqués de la maladie de Lyme pour 100 000 habitants ».

TRAITEMENT

Si la maladie de Lyme est avérée, elle peut être soignée efficacement avec un traitement antibiotique. Beaucoup moins rassurant, si la maladie n’est pas soignée a temps, elle devient pas contre plus difficile à traiter et peut laisser des séquelles. Sachez toutefois, qu’il est possible de contracter plusieurs fois la maladie de Lyme.

« Toutes les tiques ne sont pas infectées et l’infection est souvent sans symptôme. La maladie de Lyme n’est pas contagieuse ».

DEPUIS 2016 UN PLAN D’ACTION

La ministre des affaires sociales et de la santé, Mme MARISOL TOURAINE a mis en place un plan pour lutter plus efficacement contre la maladie de Lyme et les maladies transmises par les tiques.

L’objectif est de renforcer la surveillance et la prévention autour des maladies transmissibles par les tiques et d’améliorer le diagnostic et la prise en charge des patients.

L’aspect pédagogique a été renforcé afin d’informer aux mieux les randonneurs, sportifs et toutes les personnes pouvant être confrontées à la piqure d’une tique.

Ce plan s’articule autour de 5 axes stratégiques :

  • Améliorer la surveillance vectorielle et les mesures de lutte contre les tiques,
  • Renforcer la surveillance et la prévention des maladies transmissibles par les tiques,
  • Améliorer et uniformiser la prise en charge des patients,
  • Améliorer les tests de diagnostic,
  • Mobiliser la recherche sur les maladies transmissibles par les tiques.

SE PROTEGER

La solution serait de porter des vêtements longs aux niveaux des jambes tout comme pour les bras. Cette précaution permet de limiter d’éventuelles piqures de tique. En été, ce n’est pas très pratique avec la chaleur. Il existe un ensemble de produits répulsifs sous forme de spray à pulvériser sur les jambes et les bras. Vous trouverez également des produits toujours en spray pour les vêtements.

Cet article a été lu 1176 fois